DILANN TOURS MADAGASCAR , VOYAGES SUR MESURE

DILANN TOURS MADAGASCAR  , VOYAGES SUR MESURE

Tourisme : Deux tours opérateurs sur trois dans l’informel

L’explosion du nombre de tours operators n’est pas forcément une bonne nouvelle pour le secteur touristique. Les TO professionnels se plaignent même de la baisse de la qualité des services fournis dans le métier.

Les opérateurs travaillant dans le tour operating s’efforcent de répondre aux exigences des touristes afin d’améliorer l’image de Madagascar à l’étranger. Seulement, ces opérateurs touristiques déplorent la médiocrité de la qualité des services offerts par certains d’entre eux qui s’identifient comme étant des tours operators (TO), mais que l’Association des agences de voyages de Madagascar (AAVM) qualifie d’acteurs informels. Bakomalala Nirinalijao, présidente de l’AAVM fait savoir que deux TO sur trois peuvent être mis dans cette catégorie. Cette association compte avec l’autre groupement professionnel TOP (Tours Operateurs Professionnels de Madagascar) 110 membres, alors qu’ils ont recensé quelque 300 acteurs sur le marché.

Bakomalala Nirinalijao reconnaît que ces personnes possèdent pour la plupart un agrément ou une licence leur permettant d’exercer le métier de Tour Operator, mais leur mode opératoire ne garantit pas le standard exigé dans le milieu. En effet, selon toujours la présidente de l’AAVM, ces TO «informels» se mettent directement en contact avec les touristes, certains proposent leurs services via un site web. Cette professionnelle déplore également le fait que ces acteurs informels bradent leur prix pour attirer les clients et ce, au détriment de ceux qui font leur travail dans les règles. Elle indique par exemple que si un TO professionnel affiche un tarif de 110 euros pour un séjour de quelques jours à Madagascar, ses concurrents véreux peuvent vendre les mêmes prestations à 850 euros.

RISQUE

Au niveau de l’AAVM, l’on tient de ce fait à avertir les touristes. La présidente déclare : «En approchant ces opérateurs opportunistes, les clients prennent un risque énorme». Et d’ajouter que ces TO informels qui, soit dit en passant, ne disposent d’aucune garantie, ni de l’assurance dite Responsabilité civile professionnelle, sont capables d’abandonner leurs clients au moindre problème. «Certes, cette garantie coûte assez cher pour les opérateurs, mais elle s’avère indispensable pour l’exercice du métier de TO», précise-t-elle.

Face à cette situation, l’AAVM tient à rappeler que les activités touristiques doivent être régies par un cadre légal; faisant allusion au «Code du Tourisme» qui reste toujours au stade de promesse. Cette association invite par ailleurs tous les prestataires touristiques opérant à Madagascar à rejoindre les groupements professionnels afin de faciliter leur encadrement.

Recueillis par Didier Rambelo

http://www.ladepeche-madagascar.com/economie/tourisme-deux-tours-operateurs-sur-trois-dans-linformel/

 

A BON ENTENDEUR , SALUT !

 

 

 



01/06/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 105 autres membres