DILANN TOURS MADAGASCAR

DILANN TOURS MADAGASCAR

TRANSPORT AERIEN – SUSPENSE SUR LA SORTIE DE L'ANNEXE B

BOEING.jpg

 

 

La décision de la Commission  de l’Union européenne sur le sort de la compagnie Air Madagascar devrait être connue ce mois-ci. Mais rien n’est moins sûr.

Est-ce la fin de la galère   La compagnie Air Madagascar sera fixée sur son sort d’ici quelques jours après la réunion de la Commission de l’Union européenne qui s’est terminée vendredi à Bruxelles. En principe, la décision est publiée une dizaine de jours plus tard. Après l’audit de la compagnie effectuée par l’Easa, une société privée prestataire de la Commission de l’Union européenne, la sortie ou pas d’Air Madagascar de l’annexe B où la compagnie est enfermée depuis 2011 a été discutée.
Les résultats de l’audit ont été remis par l’Easa à la Commission de l’Union européenne dont les vingt-huit membres prennent une décision à l’unanimité. Autrement dit, la sortie de l’annexe B tient à un fil malgré les efforts qui ont été fournis aussi bien par Air Madagascar que par l’Aviation civile de Madagascar.
«Lors de l’audit effectué en mars 2014, la situation au niveau d’Air Madagascar avait été jugée satisfaisante mais les failles étaient ailleurs. D’énormes efforts ont été consentis dans la formation d’inspecteurs et de techniciens de l’aviation civile pour combler les lacunes», précise une source proche du dossier.

Capitale
Quoiqu’on dise, la sortie de l’annexe B est capitale, d’abord pour la survie et la relance d’Air Madagascar, ensuite pour le développement de l’industrie aéronautique à l’heure de l’open sky. Le maintien dans l’annexe B serait tout simplement fatal à Air Madagascar ou son éventuel repreneur. « Le maintien de l’annexe B obligera Air Madagascar à subir les coûts élevés de son  fonctionnement et de ne pas être compétitive sur un marché concurrentiel, ce qui a déjà causé sa perte depuis 2011 », souligne un gérant de tour opérateur habitué aux désagréments causés par les difficultés d’Air Madagascar mais qui continue d’y croire.
« Le maintien dans l’annexe B empêchera Air Madagascar de faire des alliances avec d’autres compagnies et de percer le marché. Elle ne pourra pas ainsi améliorer sa situation financière, ni équilibrer son compte et faire des investissements », souligne un cadre de la compagnie qui croit ferme au redressement de la compagnie nationale, malgré tout.
En tout cas, le maintien dans l’annexe B sera également préjudiciable au pays en termes de notoriété, de confiance et surtout d’image. On retiendra surtout cette image négative dès qu’on évoque le nom de Madagascar. Et dans le secteur touristique c’est un paramètre hyper important. « On peut faire toutes les promotions, dès qu’il y a un grain de sable, tout est anéanti », déplore un autre responsable de tour opérateur. Le maintien dans l’annexe B pourrait éclabousser d’autres domaines d’investissement.
En revanche, si l’annexe B est levée, Air Madagascar devra mettre les bouchées doubles pour être à la hauteur du challenge qui l’attend. Elle doit en finir avec son amateurisme et son mépris dans le traitement des passagers et relever le défi de la concurrence. Et si l’annexe B est levée, cela pourrait ouvrir les portes de l’Europe à d’autres compagnies. Trois ont été choisies au hasard pour passer un test en septembre. Croisons les doigts.

 

Herisetra

 

http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/transport-aerien-suspense-sur-la-sortie-de-lannexe-b/

http://www.dilanntours-madagascar.com/
http://dilanntours-madagascar.blog4ever.com/
https://twitter.com/dilanntours

 

D73_1323.JPG



11/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres