DILANN TOURS MADAGASCAR

DILANN TOURS MADAGASCAR

TRANSPORT AÉRIEN – AIR MADAGASCAR EN MODE SURVIE

airmad.jpg

 

Des compagnies annoncent l’ouverture de dessertes de Madagascar vers l’extérieur. La petite forme d’Air Madagascar ne lui permet pas encore d’être très actif sur le marché.

La préparation de la haute saison bat son plein. Tous les acteurs concer­nés sont déjà au four et au moulin pour atteindre le cap des 300 000 touristes. De nouvelles lignes s’ouvrent par ci, de nouvelles dessertes s’activent par là. Certaines compagnies aériennes multiplient leurs fréquences vers la Grande île. Le géant Emirates pointe même son nez sur le marché malgache. Devant tous ces mouvements, Air Mada­gascar tient le rôle de spectateur. Le « voron-tsaradia » attend encore l’effet de la potion magique de Gilles Filiatreault pour se remettre totalement sur pied.

La pilule est peut être amère pour la compagnie nationale avec cette libéralisation du ciel malgache. Mais elle n’a pas le choix. Pour survivre, la compagnie aérienne opte pour le partage de code avec d’autres compagnies. C’est le cas de la ligne Antananarivo-Chine, avec la compagnie réunionnaise Air Austral. « L’exploi­tation de cette destination n’attend plus que la signature de l’accord entre les deux entités. Il faut compter six mois pour l’effectivité du vol », explique Ulrich Andriantiana, ministre des Transports, du tourisme, et de la météorologie. Cet accord a déjà fait l’objet d’une signature en mai 2015, mais a été suspendu à cause du mouvement du personnel de la compagnie.
De son côté, le gouvernement tente tant bien que mal de ranimer une compagnie à l’agonie, minée par plusieurs difficultés financières et techniques.

La tête hors de l’eau
Une enveloppe de 75 mil­liards d’Ariary est prévue être injectée dans le capital de la compagnie jusqu’en 2018. Pour cette année, 25 milliards d’ariary ont déjà été débloqués, tout comme l’année précédente. « C’est pour lui maintenir la tête hors de l’eau afin de faire face à la concurrence, dans le cadre de l’open sky. Cette recapitalisation nous permettra d’améliorer la qualité des services offerts par notre compagnie nationale », avait annoncé en novembre 2015 Léon Rajaobelina, président du conseil d’administration de la compagnie nationale.
Air Madagascar peut-elle sortir la tête haute   En tout cas, ses dirigeants ne baissent pas les bras. Gilles Filiatreault, avec la bénédiction du conseil d’administration, ne cède pas aux pressions. Le Canadien est d’ailleurs un habitué des compagnies aériennes en difficulté. Le plan de redressement de la compagnie poursuit son cours, avec un petit coup de pouce de l’Etat actionnaire majoritaire. « Le gouvernement va améliorer le niveau de sécurité de l’aéroport de Toliara, afin de permettre à Air Madagascar de multi­plier les fréquences de ses vols vers cette destination », conclut le membre du gouvernement. Avec cette politique, le
Boeing 737-800 de la compagnie pourra desservir les aéroports de Toliara et de Tolagnaro, et d’optimiser ses vols à 12 heures quotidienne au lieu de 8 heures actuellement.

 

Lova Rafidiarisoa

http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/transport-aerien-air-madagascar-en-mode-survie-58208/

www.dilanntours-madagascar.com
http://dilanntours-madagascar.blog4ever.com/
https://twitter.com/dilanntours

 

Blick_zur Rova_Tana_D9M0300.jpg



19/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres