DILANN TOURS MADAGASCAR , VOYAGE NATURE

DILANN TOURS MADAGASCAR  , VOYAGE NATURE

BIODIVERSITÉ – UN PLAN DE SAUVETAGE DE TORTUES

Biodiversité.jpg

 

Ayant fait l’objet d’un atelier organisé mercredi, le développement d’un plan stratégique pour la conservation des tortues d’eau douce sera bientôt mis en œuvre.

Parmi les tortues protégées à Madagascar, celles d’eau douce, la seule espèce endémique, sont menacées, voire en voie de disparition en raison de leur consommation et l’exportation illicite, à part le quota légal de vingt-cinq individus par an. C’est ce qu’ont soulevé les représentants du ministère de l’Environnement, de la Durrell Wildlife Conservation Trust, du Madagascar national parks et ceux du parc d’Ankara-fantsika, mercredi, lors d’un atelier qui s’est déroulé à Antaninarenina.
À l’issue de cet atelier, le développement d’un plan stratégique permettant de pallier les problématiques pouvant nuire à la valeur scientifique et culturelle de ces tortues a été avancé. L’endémicité de ces reptiles dénommés Erymnochelys madagascariensis (Rere) reste un grand atout pour la faune de la Grande île. La grande tortue d’eau douce sert de sacrifice à la place de zébus utilisés dans plusieurs traditions et coutumes dont le Soro anaky, Jotso botry et tant d’autres, notamment dans le Menabe.

Collaboration
La conservation de Rere sera concrétisée et encore à renforcer à partir de la sensibilisation des collectivités territoriales. Le ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts (MEEF), par le biais de son secrétaire général, Sahondra Rabesianaka a tenu à confirmer sa collaboration avec les différents organismes œuvrant dans le domaine de l’environnement. À cet effet, « les Rere ont été distribués au parc national de Bemaraha, d’Ankarafantsika, de celui de la Baie de Baly ainsi que dans six autres aires protégées nouvellement créées dont Mangoky-Ihotry, Menabe Antanimena, Ambondrombe, Tsimembo-Manambolomaty, Mandrozo et Mahavavy-Kinkony», a indiqué Juliette Fenosoa, représentante de la Durrell.
Les vingt-cinq individus qu’exporte annuellement Madagascar sont rapatriés après qu’ils s’accroissent aprés deux ou trois ans d’hébergement dans des sites ou des aires protégées à l’étranger. Ce type de tortue Rere pourrait vivre plus de quatre-vingt ans. Elle commence à pondre à l’âge de vingt ans.

 

Hajatiana Léonard

 

//www.lexpressmada.com/blog/actualites/biodiversite-un-plan-de-sauvetage-de-tortues/

//dilanntours-madagascar.blog4ever.com/

 

D73_1642.JPG



29/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres