DILANN TOURS MADAGASCAR , VOYAGE NATURE

DILANN TOURS MADAGASCAR  , VOYAGE NATURE

BIODIVERSITÉ – MADAGASCAR POSSÈDE CINQ NOUVEAUX SITES?RAMSAR

MAG1-1.jpg 

 

 

Cinq nouveaux sites malgaches viennent d’être désignés le 31 mai 2017 à la 53e réunion du comité permanent de la convention Ramsar, à Gland, en Suisse. Pour le World Wild Fund « c’est une excellente nouvelle pour la conservation de la biodiversité de Madagascar. »

 

La nouvelle vient de tomber. Et le communiqué de presse émanant du bureau malgache du World Wild Fund (WWF) est emphatique. Madagascar compte désormais cinq nouveaux sites Ramsar. Ils ont été désignés il y a deux jours, à la 53e réunion du comité permanent de la convention Ramsar à Gland, en Suisse. Et ces cinq tout nouveaux sites sont juste somptueux.
La désignation de ces sites n’est pas automatique. Le WWF explique qu’il appartient à Madagascar en premier lieu, à travers notamment son gouvernement, précisément son ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, de solliciter la Convention Ramsar. La démarche se fait en collaboration avec les gestionnaires des sites et les organismes de conservation qui interviennent à Madagascar, dont le WWF. Ce dernier a été particulièrement actif dans l’appui de cette initiative nationale. L’organisme international de protection de l’environnement va d’ailleurs assurer la gestion de deux des cinq nouveaux sites, et le programme sur les écosystèmes d’eau douce de WWF International.

 

MAG2-1.jpg

 

 

L’archipel des îles Barren se trouve à l’Ouest de la Grande île, au large de la ville de Maintirano.

 

Au total, Madagascar a inscrit dix nouveaux sites Ramsar cette année, après Antrema, Nosy Ve Androka, Sahamalaza, Ankarafantsika et Bemanevika en février. Globalement, Le pays compte maintenant vingt sites Ramsar avec une superficie combinée de plus de deux millions d’hectares. Leurs divers écosystèmes offrent des habitats pour une gamme extraordinaire d’espèces endémiques et menacées.
La Convention sur les zones humides d’importance internationale, appelée Convention de Ramsar, est le traité intergouvernemental qui fournit le cadre pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

Les cinq nouvelles zones humides inscrites à la convention Ramsar 

– Zones humides de l’Onilahy : Le site est situé dans l’aire protégée d’Amoron’i Onilahy, dans le Sud-ouest de Madagascar. Il couvre un tronçon de 75 kilomètres de la rivière Onilahy inférieure. Le site se distingue par le degré élevé d’hétérogénéité de ses habitats ainsi que par le taux d’endémisme de sa flore et faune uniques. Il fournit des habitats clés pour une large gamme d’espèces animales : 27 mammifères, 56 reptiles, 79 espèces d’oiseaux, et l’espèce de poisson « Allenbatrachus meridionalis » dont l’identification est récente. WWF Madagascar a appuyé la création de la zone protégée, en assure la cogestion et aide les communautés dépendantes des ressources locales à identifier des moyens de subsistance durables alternatifs.

 

L’archipel des îles Barren s’étend entre 15 et 65 kilomètres au sud-ouest de la ville de Maintirano, dans le canal du Mozambique. La vaste diversité d’habitats préservés, sains et productifs favorise des écosystèmes exceptionnellement riches, dont 39 genres de corail et 150 espèces de poissons. Le site abrite cinq espèces d’oiseaux menacés, cinq espèces de tortues marines menacées, huit espèces de requins menacées et le cœlacanthe, en danger critique d’extinction. Un nouveau modèle de gestion des pêches visant à promouvoir les droits de l’homme et à protéger les zones de pêche de plus de 4 000 pêcheurs traditionnels y a été développé par WWF Madagascar.  Le site est géré par Blue Ventures.

 

MAG5-1.jpg 

Les mangroves du fleuve Tsiribihina. 

 

-Les mangroves de Tsiribihina, dans la région Menabe, comprennent des lagunes, des bancs de sable, des plages de sel et de boue, des marais et des terres arides, et environ 20 000 hectares de mangroves (8,5% de la mangrove de Madagascar). Le site abrite le Propithèque de Verreaux et le renard volant « Pteropus rufus », ainsi que la tortue imbriquée. Le site abrite également 44 espèces d’oiseaux d’eau répertoriées.  Les mangroves de Tsiribihina se trouvent au cœur du paysage Manambolo Tsiribihina de WWF Madagascar.  Les communautés qui y vivent sont appuyées et soutenues pour assurer une gestion durable des ressources.

-Le lac de Sofia est situé dans la région Sofia, dans le district rural de Marotolana, au Nord de Madagascar. Le site se compose du lac permanent, des marécages à Cypéracées, de rivières et de cours d’eau sur les côtés en amont et en aval du lac. Le lac de Sofia abrite 36 espèces d’oiseaux d’eau avec cinq espèces en voie de disparition, dont l’ « Anas Melleri » en danger d’extinction. Le site est géré par The Peregrine Fund.

 

MAG4-1.jpg

 

La tortue à grosse tête, vivant dans les zones humides d’Ambondrombe.

 

-Les zones humides d’Ambondrombe se trouvent sur la plaine de la basse rivière Manambolo dans la région Menabe, côte Ouest de Madagascar. Il s’agit d’une zone de conservation pour les espèces endémiques et menacées, telles que l’ibis sacré de Madagascar, le Pygargue de Madagascar, en danger critique d’extinction, et la tortue d’eau douce
« Erymnochelys madagascariensis ». Le site est géré par Durrell Wildlife Conservation Trust.

 

Rondro Ramamonjisoa

Page réalisée en collaboration avec WWF Madagascar

 

//www.lexpressmada.com/blog/magazine/biodiversite-madagascar%E2%80%88possede%E2%80%88cinq%E2%80%88nouveaux%E2%80%88sites%E2%80%88ramsar/

//dilanntours-madagascar.blog4ever.com/

 

 

DIMITRIS XYGALATAS.JPG



13/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres